La peinture de Collier est une perpétuelle interrogation sur le temps fondu dans l’espace et leur poésie.Fasciné par le rapport entre le vrai et le faux, le réel et l’imaginaire, la représentation intemporelle de l’espace le conduit à mélanger lieux et styles dans un onirisme souvent surréaliste (il est belge après tout) pour créer des mosaïques urbaines où se fondent des bâtiments de différentes époques.

Non trovo la bellezza come l’espressione più vera di tutte le forme di vita, solo una di esse, una delle tante, sono attratto dall’estetica e dalla bellezza ma non in modo superficiale e fine a se stessa. Non trovo ci sia bellezza nella guerra in sé, ma in tutto c’è bellezza, e quindi anche nella guerra ci possono essere momenti di bellezza un tramonto, un paesaggio, un luogo di culto, il viso di una persona, una emozione, un sentimento.